« C’est une course exceptionnelle à tous les niveaux »

Ambiance inédite aux Sables d’Olonne. En temps normal, les jours précédents un départ de course sont ceux de l’effervescence mais, crise sanitaire oblige, c’est le calme qui règne à Port Olona à quatre jours du départ de la Vendée Arctique Les Sables d’Olonne. Pour respecter les consignes sanitaires, la course fait en effet profil bas et la grande majorité des concurrents ne ralliera le port vendéen que le jour du départ, samedi 4 juillet. Arnaud quittera pour sa part le ponton Vendée Globe vendredi après-midi et patientera 24 heures en baie des Sables, le temps d’obtenir les résultats de son test PCR. Toute la flotte est en effet contrainte de se soumettre à cet examen pour éviter de partir en mer avec une infection.  

Dans cette atmosphère particulière, l’équipe de La Mie Câline – Artisans Artipôle en est aux derniers préparatifs, entre réglages techniques et avitaillement et ne laisse rien au hasard. « Faire cette course, c’est un sacré défi » souffle Arnaud Boissières. « Il y a toute l’élite puisqu’il ne manque qu’Alex Thomson (Hugo Boss) et Nicolas Troussel (Corum). C’est très bien de se mettre en confrontation » poursuit le skipper qui, comme sur le Vendée Globe, joue à domicile. La Vendée Arctique Les Sables d’Olonne est en effet beaucoup plus qu’une course d’avant saison. « C’est une course exceptionnelle à tous les niveaux. Le parcours est particulier, beaucoup plus technique que sur une Route du Rhum. Ce sont des zones que l’on connaît mal. On attend tous le départ avec impatience. »

Même si l’on ne connaît pas encore le sens de rotation de la course – il sera décidé dans les prochains jours – la flotte devra à un moment donné monter très haut dans le nord, à proximité de l’Islande. « Il y fait rarement plus de 10 degrés à cette période de l’année » observe Arnaud qui a déjà mis son bonnet à bord. Plus habituel, une marque de parcours est également présente à proximité des Açores alors que l’arrivée se jouera devant Les Sables d’Olonne autour du 15 juillet.

Interview d’Arnaud Boissières :

« Faire cette course, c’est un sacré défi. C’est un sacré échauffement avant le Vendée Globe, il y a toute l’élite. C’est se mettre en confrontation et c’est très bien. Je suis super content d’y aller. C’est une course exceptionnelle à tous les niveaux. Le parcours est particulier. C’est aussi long qu’une Route du Rhum mais c’est un parcours encore plus compliqué dans des zones que l’on connaît mal. Tout le monde attend ça avec impatience. 

Je me penche un peu sur la météo avec Christian Dumard. On va avoir du près pour monter vers l’Islande mais pour l’instant, ce ne sont pas des mauvaises conditions. »

About the Author

By matthieu@sillages-communication.com / Administrator on Juin 30, 2020